Regroupement, transfert et courtage

Toutes les informations utiles

REGROUPEMENT, TRANSFERT ET COURTAGE

Regroupements d’officines, quelques idées…


Les époques changent et… ne se ressemblent pas.
L’époque des créations d’officines étant révolue, place aux transferts et regroupements d’officines.

D’environ 23.000 licences actuelles, il faudrait selon les rumeurs les faire passer à 18.000.

Et quand bien même, selon une décision toute récente de la CJCE, un pays européen continue d’avoir le droit de considérer que « l’exploitation d’une pharmacie par un non-pharmacien peut représenter un risque pour la santé publique, en particulier pour la sûreté et la qualité de distribution des médicaments au détail », ce qui porte pour l’instant un coup de frein à la libéralisation du capital des officinesdes centaines d’entre elles sont vouées à disparaître.

 
Certains ont donc compris que l’une des clefs résidait dans le regroupement physique d’officines.
 
Regroupement « sauvage » par acquisition d’une « clientèle », avec toutes les réserves que l’acquisition d’une clientèle ayant le libre choix de son pharmacien peut susciter, ou regroupement juridique, source d’une procédure longue et aléatoire, la mode est bien là et ces opérations se multiplient.

Nous  sommes favorables à ces regroupements et les incitons autant que nous puissions le faire.

Au-delà des regroupements classiques de deux officines au sein d’un des points de vente préexistants, nous favorisons largement les regroupements d’officines au sein d’un nouveau point de vente.

 
La problématique est de trouver ce nouveau point de vente et deux officines« transférables ».

Or l’intérêt est qu’une officine juridiquement « transférable » c’est-à-dire n’abandonnant pas la population de son quartier d’origine, a en fait un intérêt naturel à se déplacer car si l’on démontre qu’elle n’abandonne pas la population de son quartier d’origine, c’est en principe qu’il y a surnombre d’officines et donc qu’un déplacement de l’une de ces officines assainira le paysage officinal de ce quartier.

Quant au nouveau point de vente, il peut s’agir commercialement de n’importe quel endroit, cela peut être un local vide à louer, un droit au bail que l’on rachète à n’importe quel commerçant, avec l’obligation d’avoir un nouveau bail au profit de la future officine ou bien même, solution optimale, l’acquisition de murs commerciaux.
Juridiquement, il faudra que ce point de vente « réponde de façon optimale aux besoins en médicaments de la population du quartier d’accueil. »
Chaque terme de cette exigence est à démontrer dans la demande.
Un regroupement d’officines dans un nouveau point de vente est une opération très complexe mais nous pouvons vous assurer qu’il est plus que profitable à tous niveaux.
Il assainit les zones d’origines des officines « déplacées », et dès lors que l’emplacement choisi présente les caractéristiques commerciales essentielles d’une bonne implantation, la réussite financière de l’opération est assurément au rendez vous.
Il convient en revanche d’avoir le planning le plus précis possible, car chaque étape de ce type de regroupement reste complexe et truffé d’astuces.

 

Conditions de transfert d’une officine

Article L. 5125-14 du code de la santé publique

Le transfert d’une officine de pharmacie peut s’effectuer, conformément à l’article L. 5125-3, au sein de la même commune, dans une autre commune du même département ou vers toute autre commune de tout autre département.

Le transfert dans une autre commune peut s’effectuer à condition :

1° Que la commune d’origine comporte :

a) Moins de 2 500 habitants si elle n’a qu’une seule pharmacie ;
b) Ou un nombre d’habitants par pharmacie supplémentaire inférieur à 4 500 ;

2° Que l’ouverture d’une pharmacie nouvelle soit possible dans la commune d’accueil en application de l’article L. 5125-11.

Qu’est-ce qu’un courtier en banque ?

Le réflexe de la plupart des professionnels ou particuliers en recherche de crédit est de contacter uniquement leur propre banque sans consulter les offres proposées par le reste des organismes de crédit. Or, il est possible de souscrire un crédit auprès de n’importe lequel de ces organismes prêteurs. Il est ainsi fortement conseillé de comparer les offres du plus grand nombre de banques dans l’optique d’obtenir les conditions les plus avantageuses.
Dans ce cadre, le courtier en prêt intervient comme un intermédiaire entre vous et les banques. Son objectif est de rechercher et de négocier à votre place le prêt le plus adapté à votre situation et à vos besoins du moment.

 

Pourquoi faire appel à un courtier en prêt ?

L’expertise de nos conseillers en matière de crédit ainsi que les partenariats locaux et nationaux noués avec plusieurs banques identifiées pour le métier de la pharmacie nous permettent de négocier pour vous les meilleures conditions afin d’aboutir à un prêt optimisé (taux attractif, délais de traitement optimisés…).
Quelle que soit votre problématique, nous recherchons avec vous la solution la plus adaptée et assurons l’ensemble du processus de recherche jusqu’à l’obtention du prêt.

 

Share This